Progrès dans les traitements des brûlures et réduction du risque de décès

Les traitements et protocoles médicaux, pour soigner les personnes atteintes de brûlure grave ne cessent d’évoluer.
En effet, depuis trois décennies, annuellement il y a eu une réduction d’un taux de 2% de sujets décédés suite à leur brulure, quelque soit la catégorie d’âge et le type de brûlure grave.

Des travaux scientifiques ont été menés dernièrement par une équipe de chercheurs et publiés dans le « Journal of American College of Surgeons ».

Soulignons que les brûlures sont les principales causes de lésions et de mortalités d’origine accidentelle.

Les chercheurs ont réalisé une étude analytique sur une cohorte de 10.384 enfants et adultes atteints de divers types de brûlures sur une période s’étalant de 1989 à 2017, parmi ces patients 355 sont décédés.
Les scientifiques américains ont pris en considération des paramètres et des facteurs de risque comme l’âge, le sexe, l’étendue de la brûlure, les blessures par une inhalation des fumées et divers autres indicateurs.
Les chercheurs ont constaté que les facteurs de risque accroissant la mortalité sont l’âge, la grande taille des brûlures et l’inhalation de fumées lors de la brûlure.
Dans le contexte de ces progrès scientifiques, l’analyse a montré une réduction significative des décès au cours de trente ans grâce aux prouesses médicales dans le traitement de plusieurs genres de brûlures par une chirurgie plastique, la greffe de peaux, etc.

Par exemple, un adulte de moins de 40 ans présente une survie qui a progressé à 95% par rapport à un patient du même âge il y a 30 ans, où le taux de survie n’était que de 5% pour les grands brûlés.
Le nombre des cas de décès des personnes brûlées ne cesse de diminuer grâce à l’amélioration de la prise en charge de ces patients.
La réduction de la mortalité au fil du temps peut être attribuée à des changements dans les protocoles de soins dans le centre de traitement des brûlés qui améliorent les perspectives pour les personnes brûlées, notamment les protocoles de gestion des lésions par inhalation, de nutrition, de réanimation et d’exérèse précoce.