Malgré la réduction de près de 79% de mortalité des enfants par la rougeole sur une durée de 15 ans, entre 2000 et 2015, la mortalité par cette maladie infectieuse demeure frappante.

En effet, environ 400 enfants continuent à mourir par cette infection tous les jours.

Ce chiffre émane du résultat d’un rapport de quatre organisations sanitaires internationales qui sont l’Unicef, l’OMS, l’Alliance GAVI et le Centre for disease contrôle and prevention (CDC).
En outre, grâce à la couverture vaccinale, 20.3 millions d’enfants ont été sauvés au cours de cette période.

Il est à noter que cette épidémie se concentre principalement dans certains pays en voie de développement comme la République démocratique du Congo, le Nigéria, le Pakistan, l’Inde, l’Indonésie et le Soudan.
Dans ce contexte, sur une période de 15 ans, le continent africain a enregistré, une augmentation du nombre des cas, de 33%, 18% dans les pays méditerranéens orientaux et une recrudescence de 80% dans certains pays européens.

Robin Nandy, directeur de la couverture vaccinale à l’Unicef a révélé : « L’élimination de la rougeole n’est pas une mission impossible. Nous avons les outils et les connaissances pour y parvenir. Cependant, il nous manque la volonté politique pour atteindre chaque enfant, même s’il se trouve dans des zones éloignées. Sans cet engagement, les enfants continueront de mourir chaque jour d’une maladie qu’on pourrait prévenir facilement et d’une manière peu coûteuse ».

Il est à signaler que la rougeole est un indicateur clé dans l’évaluation et la solidité de la politique vaccinale d’un pays. Un enfant non-vacciné, combiné à une sous-alimentation, peut développer des problèmes de santé majeurs.

Dans le monde, 6 millions de décès sont attribuables à la rougeole.
L’Afrique sub-saharienne est la région la plus durement touchée par les maladies pouvant être prévenues par une immunisation.

En Tunisie, la couverture vaccinale des enfants entre 12 et 23 mois en 2014 était de 98%.

Commentaires

commentaires