L’acide folique en fin de grossesse élèverait le risque d’allergie chez l’enfant

L’acide folique, la vitamine B9, est largement utilisé pour prévenir une malformation congénitale, le spina-bifida et pour favoriser le développement du système nerveux central du foetus. C’est pourquoi les institutions médicales recommandent aux femmes enceintes de prendre un supplément quotidien d’acide folique au moins un mois avant et trois mois après la conception. En revanche, les bénéfices de cette supplémentation ne semblent pas durer tout au long de la grossesse.
En effet, la prise d’acide folique en fin de grossesse peut augmenter le risque d’allergies chez les enfants, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale American Journal of Physiology.
Les chercheurs de l’Université d’Adélaïde en Australie ont mené des études sur des ovins pour évaluer les bénéfices de la prise d’acide folique tout au long de la grossesse et les risques de développement des allergies, en particulier celle aux acariens et aux œufs. L’étude médicale a montré que la prise d’acide folique en fin de grossesse peut augmenter le risque d’allergies chez les bébés».
Toutefois, « prendre un supplément d’acide folique pendant le premier trimestre de la grossesse est important pour réduire le risque de malformations », a indiqué le Dr Kathy Gatford, en ajoutant : « cependant, la poursuite de la supplémentation dans la dernière phase de la grossesse ne réduit pas ce risque, et il y a de plus en plus de preuves que cela peut augmenter le risque d’allergies chez les enfants ».

Les résultats de cette étude confirment aussi les conclusions d’une étude parue, elle, en janvier 2016 dans la revue médicale Journal of Nutritional Biochemistry, qui révélait qu’une supplémentation trop élevée en vitamine B9 provoquait une plus grande sensibilité aux infections chez les personnes de plus de 50 ans.