Antidépresseurs et risques de commotions cérébrales pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Dans une étude récente éditée dans la revue médicale Alzheimer’s Research & Therapy, des chercheurs finlandais ont confirmé que la consommation d’antidépresseurs serait liée à une augmentation du risque de traumatisme crânien chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques ont analysé un essai clinique sur un groupe de 32 730 volontaires âgés d’au moins 60 ans et ayant la maladie d’Alzheimer. Parmi ces patients, 10 910 participants consommaient des antidépresseurs. Les chercheurs ont découvert que chez les patients souffrant de cette démence et pris en charge par des antidépresseurs, le risque d’une lésion grave à la tête, d’un traumatisme crânien et d’une commotion cérébrale était nettement plus grand. Cette association était notamment marquante pendant le premier mois du traitement antidépresseur. Cependant, le risque demeurait plus grand sur une durée de 2 ans environ après la fin du traitement.
Heidi Taipale, principal auteure de cette étude neurologique a conclu : « Ces résultats sont importants car les personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer bénéficient souvent d’un traitement antidépresseur. Nos travaux pourraient donc permettre de réévaluer les risques liés à ce type de traitement. Par ailleurs, des études futures devront déterminer si les antidépresseurs augmentent aussi le risque de blessure à la tête chez les seniors non-touchés par la maladie d’Alzheimer ».