Nouvelle option thérapeutique pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer

C’est une nouvelle méthode de prise en charge qui a été explorée pour la maladie d’Alzheimer.
Des chercheurs canadiens du Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) basé à Toronto ont établi un lien entre cette maladie et la plasticité du cerveau, sa capacité à s’adapter. L’étude neurologique est paru le mercredi 25 octobre 2017 dans JAMA Psychiatry, révélant que la plasticité cérébrale est significativement plus réduite chez les individus en phase précoce de la maladie d’Alzheimer, en comparaison aux personnes saines.
Les travaux de recherche se sont intéressés spécifiquement à la plasticité des lobes frontaux. C’est eux qui sont en rapport avec les aptitudes de pensée, celles qui stimulent la capacité de la mémoire de travail ou la capacité de planification. Les personnes qui ont une plasticité réduite dans cette zone du cerveau, ont une mémoire de travail plus appauvrie. Cette mémoire sert à faire par exemple du calcul mental et de la gymnastique intellectuelle.
Le Dr Sanjeev Kumar, l’un des principaux auteurs de l’étude a indiqué que : « La plasticité cérébrale altérée pourrait être une cible future pour le traitement ou la prévention de la démence, pour laquelle aucun traitement important n’existe actuellement ».
Parmi les différentes approches étudiées, il y a la simulation cérébrale, qui peut être accompagnée d’exercices d’entraînement cérébral. Selon les scientifiques, chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, le remède à cette démence se concentre essentiellement sur la récupération de la plasticité des lobes frontaux afin d’aboutir à une amélioration de la mémoire des patients.

Source : EurekAlert – CAMH study reveals promising new avenue to explore treatments for Alzheimer’s disease