La prise d’antioxydants et de zinc permettrait de ralentir les risques de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)et est plus économique que les traitements actuels

C’est ce que démontre une étude américano-britannique publiée dans « British Journal of Ophtalmology ».
La DMLA est le premier handicap visuel qui survient chez les sujets âgés et qui peut entraîner la cécité. L’une des formes de cette pathologie oculaire dite humide peut être prise en charge par des traitements appelés des anti-VEGF.
Pour réaliser cette analyse, les scientifiques se sont basés sur une étude précédente, soit les données de l’étude AREDS (Age related eye disease study), et sur les chiffres britanniques de dépenses liées à la DMLA.

D’après l’étude AREDS, une combinaison à forte dose de vitamines C et E, de bêta-carotène, de zinc et de cuivre réduirait le risque de DMLA avancée et de perte d’acuité visuelle. En outre, le même assortiment sans bêta-carotène peut être modifié et remplacé par de la lutéine et de la zéaxanthine, d’une grande efficience pour la santé des yeux et pour ralentir l’évolution de la maladie. Cette voie thérapeutique permettrait d’augmenter la durée de vie sans perte de vision.
Or ces suppléments d’antioxydants et de vitamines sont moins onéreux que les injections par les anti-VEGF, de même ces compléments alimentaires additionnés à des injections d’anti-VEGF permettraient de faire des économies substantielles.
A titre d’exemple, au Royaume Uni, ces économies seraient de 3300 euros par patient, soit 142 millions pour l’assurance maladie britannique par an.
De plus cette solution thérapeutique présente plusieurs autres bénéfices. En effet, les anti-VEGF peuvent avoir des effets indésirables comme les endophtalmies et l’apparition de certaines maladies cardiovasculaires comme les thromboses. C’est pour cette raison que la voie des compléments alimentaires constitue une alternative vers la réduction d’anti-VEGF et la lutte contre l’évolution de la DMLA.

Enfin, selon les chercheurs en tenant compte de cette approche sur le coût et le poids de la prise en charge de la DMLA, la prévention de la DMLA humide apparaît comme une stratégie intéressante pour limiter les thérapies anti-VEGF chroniques et coûteuses, et préserver la fonction visuelle.

Source : British Journal of Ophtalmology – Cost-effectiveness of age-related macular degeneration study supplements in the UK: combined trial and real-world outcomes data
Crédit Photo : National Eye Institute, National Institutes of Health