France : nouvel outil pour détecter Alzheimer

Une nouvelle machine a été placée à l’hôpital la Pitié-Salpêtrière de Paris. C’est une grande nouveauté pour détecter les altérations liées à la première maladie de dégénérescence neurologique, la maladie d’Alzheimer. Cette maladie n’est pas facile à diagnostiquer car elle peut être confondue à d’autres maladies neurologiques.

L’adoption de cette technique de pointe de dépistage de cette démence est une grande avancée. En fait, cette machine associe deux procédés, il s’agit de la tomographie par émission de position (TEP) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Cette nouvelle technique permet de percevoir les altérations au niveau du cerveau et de suivre la fonction cérébrale et la multiplication des cellules. Cette machine opère dans le dépistage précoce avec le repérage des plaques amyloïdes ou séniles de la maladie d’Alzheimer et le suivi de l’évolution de cette démence qui entraine la perte de capacités cognitives, des sauts d’humeur et des confusions dans le langage. L’avantage de cette machine est d’élucider la pathologie neurologique à ces débuts, a indiqué le Pr. Aurélie Kas, chef de service de médecine nucléaire à l’hôpital la Pitié-Salpêtrière de Paris.

La maladie d’Alzheimer affecte 1% de la population générale âgée de 65 ans à 70 ans, 20% des personnes 85 à 90 ans et 40% des sujets âgés de 90 ans et plus.

Commentaires

commentaires