Angioplastie transluminale périphérique, stent ou laser

Le développement de plaques d’athérome sur les grosses artères qui irriguent les jambes peut rétrécir leur taille, voire les obstruer totalement, aboutissant à une AOMI (artérite oblitérante des membres inférieurs).

Alors que, auparavant pour rétablir la circulation dans le membre touché, il fallait réaliser un pontage ou effectuer une endartériectomie, il est souvent possible, aujourd’hui, de passer outre ces interventions lourdes, comme l’ont expliqué les 500 chirurgiens vasculaires présents au dernier congrès de chirurgie vasculaire de Montpellier. En effet, le principe de cette nouvelle méthode est de franchir le bouchon d’athérosclérose avec un fil métallique servant de guide à un tube de petit calibre porteur d’un ballonnet.

Le gonflage du ballonnet au niveau du rétrécissement provoqué par le dépôt d’athérome redonne à l’artère un calibre normal par l’écrasement de ce dernier contre la paroi. L’origine de cette technique est attribuée à la chirurgie cardiaque pour déboucher les coronaires, mais les lésions de l’AOMI pouvant atteindre 10, 20 cm ou plus, il a fallu mettre au point des ballons plus longs (jusqu’à 22 cm pour quelques millimètres de diamètre).

Il arrive qu’une récidive se produise, que l’artère se referme, imposant la nécessité de poser un stent actif, sorte de ressort grillagé imprégné d’un médicament qui diffuse lentement, empêchant l’artère de se refermer. Ce dispositif en Nitinol, un alliage à mémoire de forme composé de nickel et de titane, se déploie lentement à 37 °C, gagnant du volume en quelques jours et repoussant progressivement la plaque d’athérome. Contrairement au ballon et au stent, qui incrustent la plaque d’athérome dans la paroi, le laser, lui, la supprime en creusant un tunnel dans l’artère pour la déboucher, avançant lentement et détachant de minuscules fragments évacués naturellement par la circulation sanguine. Parmi ces nouveaux outils efficaces à la disposition des chirurgiens vasculaires, reste à définir lequel utiliser. Un choix dont les critères sont en discussion et l’objet de plusieurs études.