Recherche sur un vaccin universel contre la grippe

La mise en place d’un vaccin grippal contre toutes les souches avance à grand pas.

En effet, deux nouvelles études ont été publiées dans la revue Nature et Science. Elles révèlent le concept de vaccins universels de souris, de furets et de singes. Les deux équipes de recherches se sont basées sur  une partie virale qui est la principale source de l’anticorps : l’hémagglutinine.
Cette protéine située au niveau de la surface du virus présente une tige surplombée par une tête et c’est  cette molécule protéique qui est en partie à l’origine du renouvellement du vaccin contre virus grippal.
Des mutations génétiques se produisent en changeant la protéine qui devient méconnaissable par les anticorps. La première étude a concerné le ciblage des parties du virus qui sont peu modifiées chaque année. En effet, les chercheurs de l’institut américain des allergies et des maladies infectieuses ont fait lier la tige provenant d’un virus de la souche grippal H1N1 à des nanoparticules et un adjuvant et ont injecté cette combinaison à des souris et des furets avant d’ajouter des doses létales du virus H5N1, les souris ont été protégées complètement et les furets partiellement du virus grippal.
La seconde étude réalisée par l’équipe d’Antoinette Impagliazzo de Crucell Vaccine Institute, a révélé un test d’un vaccin qui a conféré une protection complète pour les souris et une immunité efficiente pour les singes. Les chercheurs de Crucell Vaccine Institute ont associé des morceaux de la tige de l’hémagglutinine aux anticorps monoclonaux à large spectre de l’organisme. Ce vaccin est baptisé mini-HA et a montré  son aptitude à procurer une réponse immunitaire étendue et efficiente chez les souris et les singes.

Ces nouvelles études sont des pistes prometteuses pour l’arrivée d’un nouveau vaccin contre la grippe. Cependant, les nouveaux vaccins constituent une piste d’immunisation intéressante contre le syndrome grippal et  devraient passer par des tests cliniques sur les humains  pour approuver leur bénéfice / efficacité avant de faire  l’objet de commercialisation dans le marché pharmaceutique. Ceci pourrait prendre de nombreuses années. 

Commentaires

commentaires