L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer entraînant des séquelles difficilement réversibles quand cet accident est décelé à un stade tardif. Plus d’un quart des victimes décède dans l’année suivant l’accident.

AVC en chiffres

Des chercheurs français ont effectué des études et de l’évaluation et des statistiques (DREES) de l’accident vasculaire cérébral. Leur analyse sur près de 200.000 patients hospitalisés à la suite d’un AVC ont montré que la moitié d’entre eux avaient entre 65 et 85 ans. Environ 30% des patients étaient âgés de 19 à 64 ans, plus d’un cinquième des malades, soit (21%) avaient dépassé l’âge de 85 ans. Au total, 62% ont souffert d’un infarctus cérébral et 26% ont subi un accident cérébral hémorragique.

Pour les 12% des patients, la cause de l’accident vasculaire cérébral demeure méconnue. Le taux de mortalité s’élève à 14,5% lors du premier séjour hospitalier des patients, atteint 16% dans le mois suivant l’accident et à 28% dans au cours de l’année de l’accident vasculaire cérébral.

Le risque de décès est accru lorsqu’il s’agit d’une hémorragie. En effet, il est cinq fois plus grand chez les patients victimes d’hémorragies cérébrales.

Un meilleur pronostic vital est considéré chez les patients traités en soins intensifs.