NACO : plus de bénéfices et plus sûrs dans la prévention de l’AVC chez les patients avec une fibrillation auriculaire

Dans le cas d’une fibrillation auriculaire, les personnes âgées représentent la partie de la population qui bénéficie le plus d’un traitement par anticoagulants tout en étant celle qui est aussi la plus fragile et chez qui le risque de complications hémorragiques est le plus élevé.

Une étude observationnelle a été réalisée chez des malades âgés de plus de 90 ans comparant les risques d’AVC ischémique et d’hémorragie cérébrale chez un groupe de 11 064 patients atteints de fibrillation auriculaire et 14 658 patients exempts de cette maladie.
Les patients de cette cohorte taïwanaise étaient tous âgés de plus de 90 ans.
Durant ces travaux réalisés entre les années 2012 et 2015, 768 des patients souffrant de fibrillation auriculaire ont été traités par la warfarine, 978 par un NACO.
Le risque d’AVC ischémique est de 3% parmi la population âgée sans cette maladie cardiaque contre 5,75% pour les patients souffrant de fibrillation auriculaire ont un risque accru d’AVC ischémique.
L’étude montre, d’une part, que chez les patients âgés souffrant de fibrillation auriculaire, l’utilisation de warfarine, un anticoagulant de type AVK, est associée à un risque d’AVC plus faible, 3,83 % des patients contre 5,75 % des cas. Par comparaison à la carence de prise en charge par un médicament antithrombotique ou par rapport à un traitement antiplaquettaire, la warfarine est associée à un bénéfice clinique visible.
D’autre part, comparés à la warfarine, les nouveaux anticoagulants oraux, ont un bénéfice équivalent sur la réduction des AVC, et un risque de 68% plus faible d’hémorragie intracrânienne, soit 0,42 % par an contre 1,63 % par an.

Devant ces résultats, les scientifiques concluent que les nouveaux anticoagulants oraux sont plus simples d’utilisation que les anticoagulants classiques (AVK), car la surveillance régulière de la coagulation n’est pas nécessaire et qu’il y a beaucoup moins d’interactions avec d’autres médicaments et avec les aliments, les NACO offrent donc de plus grands bénéfices aux patients.
Toutefois, chez les personnes âgées traitées avec les nouveaux anticoagulants oraux, il convient toujours de surveiller la fonction rénale et de prévenir les chutes.

Cette étude vient renforcer une analyse de l’Université de Genève sur la prévention de l’AVC chez les patients
avec une fibrillation auriculaire préconisant les NACO ( dabigatran, rivaroxaban, apixaban ) comme traitement de premier choix.

Sources : revue « Circulation » – Oral Anticoagulation in Very Elderly Patients with Atrial Fibrillation – A Nationwide Cohort Study
Université de Genève – Archive ouverte UNIGE – Prévention de l’AVC chez les patients avec une fibrillation auriculaire