Profil génomique du cancer du sein établi

Le génome complet de l’ADN de 560 tumeurs cancéreuses a fait l’objet d’une étude dirigée par Gilles Thomas (Fondation Synergie Lyon Cancer, France) et Michael Stratton (Welcome Trust, Sanger Institute, UK) et qui a permis de mettre en évidence plusieurs types d’altérations.
Leurs observations ont montré que les tumeurs du sein ont un génome extrêmement remanié et présentent une immense variété d’altérations génomiques à toutes les échelles : substitution d’un seul nucléotide, insertions ou délétions d’un ou plusieurs nucléotides, duplications de régions chromosomiques, grands réarrangements de génomes…
Une liste, considérée comme quasi-exhaustive par les scientifiques, de plus de 1.600 altérations suspectées d’être à l’origine du développement tumoral a ainsi été répertoriée. Celles-ci portent sur 93 gènes différents, dont 10 sont altérés de manière récurrente (62 % des tumeurs), et 95 % des tumeurs en présentent au moins une.

Les profils génomiques ainsi établis pourraient être de meilleurs outils diagnostiques pour aiguiller les patientes vers des traitements plus efficaces, selon les chercheurs.