Une nouvelle méthode pour dépister les cancers digestifs plus rapidement

Le taux de mortalité des cancers digestifs est en progression continue, ceci est du en partie à la difficulté du diagnostic précoce de ces maladies. Des chercheurs genevois ont mis au point une méthode de détection qui pourrait changer ces données.
De nombreux scientifiques s’orientent vers la recherche sur le rôle des organites (petites structures cellulaires qui se trouvent dans le cytoplasme) en oncologie et particulièrement sur vésicules extracellulaires (VE) impliquées dans régulation de nombreux processus biologiques dont la transmission de signaux entre cellules.
Des chercheurs de la faculté de Médecine de l’Université de Genève (UNIGE) ont étudié la morphologie et la taille des vésicules extracellulaires dans la bile de patients atteints de cancer du foie et du pancréas et leur rôle dans la détection du cancer. Ceci a permis une précision de diagnostic de l’ordre de 100%. Leur étude a été publiée dans la revue Gastroenterology.
La population étudiée cible de cette technique, qui nécessite une endoscopie, pourrait être les personnes qui ont une prédisposition familiale ou personnelle à ce type de cancer. Un dépistage élargi pourrait être généralisé d’ici quelques années.
Ce système de détection précoce pourrait permettre de combattre le cancer du pancréas qui a une « mortalité foudroyante ».
On estime qu’environ 5% des personnes diagnostiquées avec cette maladie seront encore vivantes 5 ans plus tard.

Commentaires

commentaires