Avancée dans la recherche sur cancer du sang

Un groupe d’étudiants en médecine a fait une découverte très importante pour les patients atteints de syndrome myéloprolifératif  et en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Cambridge. Ils ont identifié une mutation dans le gène de la calréticuline (CALR) chez la majorité des patients atteints de deux maladies du sang, la thrombocytémie et la myélofibrose, alors qu’ils ne présentaient pas la mutation du gène JAK2, déjà connue et plus fréquente. 

Les syndromes myéloprolifératifs chroniques sont une famille de cancers du sang qui proviennent des cellules souches de la moelle osseuse et comprennent diverses maladies telles que la maladie de Vaquez, la thrombocytémie essentielle et la myélofibrose primitive. Les formes qui nuisent à la qualité de vie et qui peuvent provoquer un raccourcissement de la vie, en particulier dans la myélofibrose, sont relativement fréquentes.

Cette découverte permet d’ouvrir de nouveaux horizons pour la compréhension des mécanismes par lesquels le gène CALR muté provoque un cancer myéloprolifératif.

Ce groupe de chercheurs a pour objectif d’identifier de nouveaux mécanismes moléculaires responsables de ces cancers du sang afin d’améliorer la compréhension et la définition, faciliter le diagnostic du pronostic et développer des thérapies innovantes. 

Commentaires

commentaires