La carboxythérapie est une technique esthétique qui contribue à raffermir l’ovale du visage, densifier le derme, serrer les paupières, affiner les cernes, atténuer les ridules, affermir la silhouette. Rencontre avec une spécialiste chevronné qui nous dévoile les secrets de cet acte artistique et médico-esthétique, le Dr Samia Guerbaa.

Hela Kochbati

Samia Guerbaa

Dr Samia Guerbaa, Médecin esthétique, spécialiste en carboxythérapie

1) Parlez-nous des évolutions de la carboxythérapie dans le challenge de la médecine anti-âge ?

La carboxythérapie existe depuis les années 30. C’était en France et en Italie que cette thérapie a été initiée et utilisée dans les bains thermaux, où on s’est rendu compte de la richesse des eaux en gaz carbonique qui améliore la cicatrisation et la vascularisation. L’idée était à l’époque d’injecter du gaz carbonique et de voir ce que cela peut donner. Le terme exact est « l’insufflation » du gaz carbonique sous la peau. Au début, la technique était utilisée pour des fins médicales dans le but de traiter les problèmes de cicatrisation ou de vascularisation, comme les lésions des patients diabétiques, les cas de mauvais retour veineux, les anomalies à visée vasculaire. Les médecins ont constaté que grâce à ces injections, la peau a été nettement améliorée et la cicatrisation était meilleure ce qui a transformé cette technique en une méthode de soins en esthétique en essayant d’améliorer la qualité de la peau. La technique européenne utilisée pour les injections de gaz carbonique repose sur le principe de l’usage de ce gaz à des concentrations faibles, une pression faible et des insufflations superficielles. Cela va surtout distendre la peau pour atténuer les rides et diminuer les petites ridules. Personnellement, j’ai suivi un enseignement brésilien et je pense être une des seules spécialistes à pratiquer la carboxythérapie en Tunisie et même en Afrique.
Les chirurgiens brésiliens se sont initiés à insuffler le gaz carbonique d’une manière très profonde avec une toute petite aiguille. Cet acte va permettre de distendre les différentes couches de la peau les unes par rapport aux autres. Le premier résultat que nous obtenons en utilisant le gaz carbonique réchauffé, avec moins de douleurs, et à une pression importante, est un repositionnement de toutes les couches qui sont sous la peau, en allant de l’os vers l’extrémité et donc les couches qui vont se glisser au fur et à mesure vers les extrémités et vers le bas pour récupérer leur place. Nous allons observer un « lifting » immédiat. On voit d’ailleurs la différence en observant les hémifaces au cours du traitement entre la partie droite et gauche de la face. Par la suite, l’effet cellulaire se fait au fur et à mesure des semaines. C’est dire que grâce à ce gaz carbonique (CO2) qui a été insufflé sous la peau et qui va amener immédiatement de l’eau et de l’oxygène. Par conséquent, la peau va être réhydratée et réoxygénée, ce qui va permettre la fabrication de nouveau de collagène, une nouvelle élastine, de nouveau acide hyaluronique, de nouveaux vaisseaux.

2) Quelles sont les zones qui peuvent être traitées par les injections de carboxythérapie?

La carboxythérapie rebooste entièrement tout le système qui est sous la peau, ce qui va donner à la longue une meilleure qualité de peau, un meilleur teint, une uniformisation de la couleur de la peau. La peau va refléter la lumière beaucoup, les pores vont se resserrer, même l’acné va être traitée, la peau va être de nouveau enflée et les couches cutanées vont se repositionner. La carboxythérapie n’élimine pas les rides, mais les atténue au niveau du lift du visage. La paupière sera donc un peu plus remontée, avec un repositionnement du sourcil, c’est le traitement de référence du cerne qui peut être amélioré par la carboxythérapie. Cette thérapie est aussi, l’un des meilleurs traitements au niveau du cou. La carboxythérapie pour également être utilisée pour traiter la perte des cheveux et pour récupérer leur couleur initiale. Cette technique s’utilise aussi pour enlever la graisse au niveau abdominal, traiter les vergetures dans les zones que la liposuccion ne peut pas atténuer comme la face interne des bras, la face interne des cuisses, etc. On peut utiliser la carboxythérapie pour lifter les seins, les fesses ou d’autres parties du corps. Par ailleurs, cette technique peut être utilisée pour apaiser la douleur. Cela marche très bien pour les douleurs articulaires et surtout sur les algies de la colonne vertébrale.

3) Quels sont les principaux résultats de la carboxythérapie ?

De point de vue esthétique, on fait pousser des cheveux, on récupère la coloration des cheveux, on réalise le traitement des cernes, le lifting que ce soit du visage ou n’importe quelle partie du corps, le traitement de l’acné, une diminution de la masse grasse. Bien évidement, il y a des avantages en ce qui concerne la partie médicale qui est le traitement de toutes les parties vasculaires par exemple.

4) Quelles sont les différences et les avantages de la carboxythérapie par rapport à d’autres techniques comme le mésolift, les injections de botox, le PRP, etc ?

Il est important à noter que la carboxythérapie ne remplace en aucun cas les autres techniques. Ce sont en effet des procédés complémentaires. D’ailleurs, on s’est rendu compte que les meilleurs résultats venaient des thérapies combinées. La carboxythérapie est proposée pour des gens qui veulent avoir un teint naturel puisqu’on n’enlève et
on n’y en ajoute absolument rien, puisque le gaz carbonique se dissout très vite dans les secondes qui suivent l’injection, c’est une alternative pour les personnes qui ont des problèmes d’allergies qui ne peuvent pas injecter du comblement, dans des endroits où on ne peut pas injecter du botox, et pour les tarifs de cette technique sont raisonnables.

5) À partir de quel âge, les injections de gaz carbonique sont-elles recommandées ?

C’est en fonction de l’indication à réaliser. Généralement, une jeune fille de 25 ans à 30 ans ne pense même pas à faire un lifting mais elle peut utiliser la carboxythérapie pour soigner son acné. En outre, si la personne a du gras au niveau du ventre. Si la personne a développé un problème de cernes. Il n’y a pas d’âge exact à partir duquel on pourrait commencer la carboxythérapie. Cette technique peut se faire à tout âge et les bénéfices vont être différents pour un jeune de 18 ans ou pour une personne de 75 ans. Chaque sujet a des attentes différentes.

6) Quel diagnostic se fait avant une séance de carboxythérapie ?

On commence par examiner l’état de la peau, du vieillissement cutané et cela se fait sur plusieurs niveaux : le niveau extérieur, la coloration de la peau, l’intensité de la réflexion et l’absorption de la luminosité par la peau, la présence ou pas de rougeurs au niveau cutané, l’existence de taches ou de cicatrices acnéiques. Après il faut connaitre s’il y a un début d’aptose, un relâchement, des rides, etc. Il y a des endroits de la peau qui vieillissent plus que d’autres et c’est dans ces parties cutanées sur lesquelles on va y oeuvrer plus que d’autres.

7) Quelle est la durée moyenne d’un traitement par carboxythérapie ? Est-ce qu’il y a des séances de rappel qui sont nécessaires et à quelles intervalles ?

Afin d’avoir des effets cumulatifs, la carboxythérapie se fait à un intervalle d’un mois. Les effets commencent à se voir à partir de deux à trois semaines. Par conséquent, c’est au bout d’un mois, que la personne traitée commence à sentir un effet plus visible que le premier jour des injections de gaz carbonique. Après en fonction de l’âge, en fonction des qualités génétiques de la personne, ce résultat peut durer un mois, six mois, ou huit mois.
Tout dépend de la personne traitée. Généralement, je propose à mes patients de faire des insufflations de carboxythérapie une fois par mois au moins trois à quatre fois à la suite pour bien améliorer la peau et sa tenue. Ensuite, en fonction des attentes de la patiente, on voit si on continue à faire des séances de carboxythérapie trimestrielles, au maximum quatre séances par an, ou de passer à d’autres actes. Le traitement d’entretien, c’est
une séance par trimestre qui est préconisée. Dans ce contexte, on ne peut pas faire un surdosage. Les quantités qu’on utilise dans la carboxythérapie sont infimes par rapport aux quantités qu’on utilise dans les interventions chirurgicales.

8) Comment se déroule une séance de carboxythérapie ?

Pour le visage, on commence par désinfecter la zone à traiter, on met l’appareil en marche. La machine est composée d’une grosse bonbonne de gaz carbonique, qui est reliée à une machine qui sert à chauffer le gaz carbonique, va augmenter la pression et élever le volume en fonction du geste à accomplir. Cette machine comprend une petite tubulure reliée à une petite aiguille avec laquelle on va piquer sous la peau. On pique sous la peau, on fait passer une certaine quantité de gaz carbonique, qu’on visualise sur un écran. Cette technique peut se faire au niveau de différentes parties de l’organisme (le cou, le dos, le ventre, les bras, les cuisses, etc). L’acte médical réalisé est simple et compliqué en même temps, il est simple pour le praticien qui connait bien l’anatomie.

9) Est-ce qu’il y a des effets secondaires pour cette technique de carboxythérapie ?

Les effets secondaires qui peuvent se produire sont surtout dus à l’effet de l’aiguille et donc il peut y apparaître un petit bleu, un petit hématome ou une petite ecchymose. Par ailleurs, il peut y avoir un petit oedème réactionnel dans les heures qui suivent la séance de carboxythérapie. Par ailleurs, la carboxythérapie fait un peu mal mais c’est une douleur supportable.

10) Existe-t-il des contre-indications pour cette technique esthétique ?

Il n’y a pas de contre-indications d’utiliser la carboxythérapie sauf pour les personnes souffrant de grandes insuffisances respiratoires et il n’y a pas un endroit où il est interdit de faire des injections de gaz carbonique. Il n’y a pas de risques de faire des embolies ou comme on injecte de l’oxygène ou de l’air où on a peur d’avoir une petite bulle qui risque de causer des catastrophes. Il n’y a aucun souci pour la carboxythérapie même si on injecte à l’intérieur d’un vaisseau d’une manière fortuite, car la réaction est de donner de l’oxygène et de l’eau.

11) Quels conseils prodiguez-vous aux patients qui souhaitent entretenir des injections de gaz carbonique ?

Il faut noter qu’il n’y a aucune préparation à faire en optant pour effectuer des séances de carboxythérapie. Cette technique s’inscrit dans un programme d’anti-aging qui est accepté d’une manière bilatérale entre le médecin et le patient, il n’y a pas de suites qui nécessitent un arrêt de maladie ou de repos. Le patient peut sortir de l’acte et retrouver ses activités normalement. La médecine esthétique est une discipline qui est en train d’évoluer à grande vitesse en Tunisie et dans le monde. Par ailleurs, chaque année, nous disposons en tant que praticiens de nouveaux produits, de nouvelles techniques qui facilitent de plus en plus notre travail par rapport au patient. Nous travaillons main dans la main avec les chirurgiens plasticiens et des dermatologues. Il faut faire confiance à son médecin, avoir des attentes réalistes, essayer de rester le plus naturel possible pour bien vieillir. Il faut vérifier que le médecin consulté pour cette technique ou un autre acte esthétique dispose de compétences requises.
Ce que je propose en tant que praticienne, c’est que chaque personne puisse garder sa spécificité et c’est cela vrai challenge de l’art médico-esthétique.