Département de psychiatrie pour l’hôpital universitaire de Nabeul

Longtemps à la traîne, le secteur de la santé mentale vient de bénéficier d’un important département de soins spécialisés, lui permettant, désormais, de combler son retard et d’assurer une prise en charge complète et efficace de cette catégorie de maladies. En effet, depuis le 23 janvier 2015, un service de santé mentale est venu renforcer les capacités de l’hôpital  universitaire Tahar Maâmouri à Nabeul. Inaugurée par le Ministre de la Santé publique, Mohamed Salah Ben Ammar, cette nouvelle unité est dotée de toutes les commodités nécessaires. Exprimant sa satisfaction à l’égard des nombreuses structures réalisées dans son secteur, le Ministre de la Santé a estimé que Nabeul est en passe de devenir un CHU grâce aux établissements hospitaliers entrés en service et à ceux en voie de réalisation. « Cette option s’inscrit dans le cadre d’un programme national visant à réduire la tension qui pèse sur la capitale et ce, en vue d’une meilleure prise en charge du patient », a-t-il souligné, rappelant, en outre, l’importance de la santé mentale, laquelle devrait figurer parmi les priorités des Tunisiens. Il s’agit d’un Centre  unique, combinant soins et sécurité pour les patients, répondant aux besoins d’une psychiatrie moderne, à la fois ouvert sur le site et sécurisé, dans le respect de la personne. D’une capacité de vingt lits, la structure en question permettra de prendre en charge les malades souffrant de problèmes psychiatriques, lesquels ne seront, ainsi, plus obligés de se rendre à Tunis. Chef de service de ce Centre, le Pr Riadh Bouzid a précisé, lors de la cérémonie d’inauguration, que la consultation de psychiatrie a démarré en 1988 dans l’enceinte de l’ancien hôpital mais qu’elle a duré moins d’un an, pour redémarrer en 2000. « Nous sommes aujourd’hui cinq seniors, trois psychiatres et deux psychologues, une équipe de 12 infirmiers, quatre résidents et une interne. La consultation reçoit en moyenne 8000 visites de psychiatrie et 500 visites de psychologie par an. Elle en assurait seulement 2000 en 2001. Le service répond également à la prise en charge psychiatrique des autres services de l’hôpital, ainsi que des autres établissements de soins de la région. « Pour les hospitalisations, nous étions sectorisés sur le service de psychiatrie F de l’hôpital Razi, dont 10 % des hospitalisations proviennent du gouvernorat de Nabeul, occupant la 3ème place après ceux de Tunis et de l’Ariana. Ce Centre est un acquis pour les personnes souffrant de troubles mentaux et pour la promotion de la santé mentale dans la communauté, ajoute le Pr Riadh Bouzid. Outre le pavillon d’hébergement, cette structure se compose des services de consultation et d’hospitalisation, ainsi que des structures d’accompagnement nécessaires ». 

Commentaires

commentaires