Dossiers des équipements médicaux périmés devant la justice

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) a décidé d’arrêter la coopération avec les utilisateurs des stents périmés lors des opérations de cathétérisme cardiaque et de soumettre les dossiers à la justice.

En effet, les faits sur les implantations des stents étant vérifiés, le ministère des affaires sociales a ordonné l’ouverture d’une enquête immédiate et approfondie sur les données relevées et a appelé à renforcer le contrôle médical afin de garantir la qualité des services de soins fournis aux patients assurés.

Ces pratiques d’infractions mettent la vie des patients en danger et violent les termes du contrat établi avec la CNAM et la déontologie de la profession.
Des mesures préventives et des vérifications minutieuses ont été considérées par le ministère des Affaires sociales en coordination avec la CNAM et le ministère de la Santé. Ces mesures font suite à la mise en garde par la CNAM et le ministère de la Santé pour relever les infractions médicales qui peuvent mettre en péril la vie des citoyens.

La vérification des dispositifs périmés a notifié que la date d’expiration des stents a dépassé d’un mois la date de validité mentionné sur l’équipement médical implantés chez certains patients.

Dans cette affaire, la CNAM a épinglé dix utilisateurs de ces stents périmés. Une équipe de contrôle et d’inspection médicale a ouvert une enquête sur cette infraction. En outre, le Conseil de l’ordre des médecins (CNOM) a interrogé un des médecins chirurgiens en cardiologie. Ce dernier a implanté huit stents sur des patients dans une clinique privée de la capitale.