Il était temps.

La société civile tunisienne s’est largement mobilisée pour l’abolition de l’honteux art. 230 de notre Code pénal qui condamne les pratiques homosexuelles.

Pourtant, les arrestations sont de plus en plus nombreuses et l’appel à des médecins pour la pratique d’un test anal ou génital est devenue systématique.
Cette pratique est considérée à raison comme une forme de torture voire de viol par les personnes qui la subissent. L’association Shams pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie a lancé une campagne contre ce que ses membres appellent le « test de la honte ».
Le Conseil National de l’Ordre des médecins tunisiens s’est enfin prononcé par un « rappel à l’ordre » sous forme de communiqué rappelant que « tout médecin requis pour examiner une personne dans le cadre d’une expertise et notamment si elle est privée de liberté, doit respecter sa dignité et ce conformément à l’article 23 de la constitution et aux articles 7 et 74 du code de déontologie médicale (CDM) », précisant plus loin que « en tant que garant du respect de la déontologie médicale, (il) condamne ainsi fermement tout examen médical non justifié et/ou touchant à la dignité et à l’intégrité physique ou mentale de la personne examinée. »
Il faut savoir que cet examen, de par la loi, peut être refusé par la personne. En réalité, les personnes soupçonnées d’homosexualité qui font l’objet d’une arrestation sont effrayées. Très souvent, si ne n’est dans la majorité des cas, elles ignorent également leurs droits. Le CNOM a donc enjoint les médecins réquisitionnés à rappeler ces droits, les appelant à informer les personnes qu’ils ont à examiner, de leur droit de refuser un tel examen dont il indique clairement que cette pratique réalisée pour « vérifier ou confirmer la nature des pratiques sexuelles d’une personne sans son consentement libre et éclairé (constitue) une atteinte à sa dignité. »
Pour d’autre, cette atteinte à l’intégrité physique et morale de la personne existe, avec ou sans consentement.

Commentaires

commentaires