Augmentation du risque de dépression et de suicide après une commotion cérébrale

Une recherche vient de mettre au point que la commotion cérébrale entraîne plus de risque de dépression et de suicide. Selon une étude nord-américaine éditée le 8 février 2016, lors d’une commotion cérébrale, le risque de suicide triple par rapport aux personnes de la population générale.

La commotion cérébrale est un trouble de la santé mentale, il s’agit d’un traumatisme crânien dont l’impact à long terme n’est pas sans gravité.

L’étude a été réalisée dans la province canadienne de l’Ontario en analysant 235.110 patients affectés par une commotion cérébrale, composée de 50% d’hommes et 50% de femmes, entre avril 1992 et mai 2012. Le nombre de décès dans cet échantillon étudié est de 667, soit chaque année, 31 décès sur 100.000 personnes de la région de l’Ontario.
En revanche, les antécédents d’une maladie mentale ou de suicide n’étaient pas supérieurs par rapport aux personnes de la population générale. Le Dr Reidelmeier, un coauteur dans cette étude a appelé à une attention accrue des patients souffrant de cette pathologiqie traumatique cranio-cérébrale.

Commentaires

commentaires