Virus Ebola en mutation

Des souches virales mutées ont été identifiées par des chercheurs de l’armée américaine. Les résultats ont été édités le 10 septembre 2015, dans le journal « Cell Reports ».
Le virus de l’Ebola a fait jusqu’à aujourd’hui 11.000 décès parmi les 28.000 cas contaminés en Afrique de l’Ouest. Les chercheurs américains ont élucidé des dizaines de formes mutées qui ont pu résister aux traitements actuels. Ces formes mutées ont été mise en exergue en laboratoire à la suite du décès de deux primates qui ont eu une administration du virus de l’Ebola après l’inoculation du traitement en cours de l’expérimentation, le MB-003, ce traitement renfermant trois anticorps est généralement efficient au virus de l’Ebola.
A la suite de cette observation, les chercheurs ont pu analyser deux types de gènes qui ont été à la source de cette résistance médicamenteuse. Les mutations ont transformé les structures protéiques qui ne sont plus reconnus par les anticorps du traitement qui est devenu efficient. Les chercheurs ont révélé que le MB-003, le traitement utilisé pour les singes, a permis la découverte d’un sérum expérimental, le ZMapp, qui est prescrit pour les patients atteints de l’Ebola en Afrique de l’Ouest.
Aucune résistance n’a été observée pour ce sérum jusqu’à aujourd’hui malgré les différentes mutations des souches virales. Le matériel génomique de l’Ebola est stable. Cependant des mutations de souches virales peuvent se produire d’une manière inopinée. Ces mutations élucidées peuvent entraver l’efficience du nouveau vaccin en cours d’expérimentation contre l’Ebola.

Commentaires

commentaires