Près d’un tiers des jeunes médecins en internat sont touchés par la dépression

Une vaste étude sur la dépression ou des symptômes dépressifs, menée à travers le monde sur 17.560 médecins internes pendant plusieurs décennies et publiée aux Etats-Unis le 8 décembre dans Journal of the American Medical Association (JAMA), a donné des résultats alarmants. Les chercheurs ont établi que près d’un tiers des jeunes médecins en internat sont touchés par ce problème, soit plus du triple que dans le reste de la population.

Mis à part les impacts de la pathologie mentale sur ces internes, leurs symptômes sont liés à une mauvaise qualité des soins pour les patients qu’ils traitent et à un accroissement du nombre d’erreurs médicales.

Selon le Dr Thomas Schwenk de la faculté de médecine de l’Université de Reno dans le Nevada, « la prévalence de symptômes dépressifs et de dépression parmi les médecins en formation mise en évidence dans cette étude est un important révélateur de problèmes plus profonds dans le système de formation médicale qui nécessitent un changement ».

Commentaires

commentaires