Journée mondiale de la Santé 2016 : Soyez Plus Fort que le Diabète

Entre 1980 et 2014, le nombre d’adultes vivant avec cette maladie chronique est passé de 108 millions à 422 millions. La proportion de la population mondiale touchée par cette affection a presque doublé : de 4,7 % en 1980, elle a grimpé à 8,5 %.
En rappelant ces chiffres dans son premier rapport mondial sur le diabète publié le mercredi 6 avril, l’OMS ne manque pas de souligner qu’« au cours des dix dernières années, la prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé ».

Dans le cadre de la journée mondiale de la santé, qui se tient annuellement le 7 avril, l’OMS a choisi de mettre l’accent sur ce problème.
Directeur du département de prévention des maladies non transmissibles de l’institution internationale, Etienne Krug explique que « le nombre de diabétiques augmente non seulement du fait de l’accroissement de la population mondiale mais aussi de celui des facteurs en cause, à commencer par le surpoids : plus d’un adulte sur trois est en surpoids et plus d’un sur dix est obèse ».
Les mesures nécessaires comprennent notamment le développement d’environnements favorables à la santé afin de réduire les facteurs de risque du diabète tels la sédentarité et la mauvaise alimentation, ainsi que le renforcement des capacités nationales pour permettre aux personnes diabétiques de recevoir le traitement et les soins dont elles ont besoin pour prendre en charge leur maladie.

« Si nous voulons progresser et mettre un terme à la recrudescence du diabète, nous devons repenser notre vie quotidienne afin d’avoir une alimentation saine, d’être actif et d’éviter la prise de poids excessive » a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. « Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les populations puissent faire ces choix sains et que les systèmes de santé soient capables de diagnostiquer et de traiter les personnes diabétiques, y compris dans les milieux les plus pauvres », a-t-elle ajouté.

Jaouida Ben Aouali