En enrayant la consommation simultanée de sucre et de sel, le risque de diabète de type 2 réduit significativement.

Des chercheurs français ont fait le test sur des modèles porcins pour confirmer ce constat. Le diabète est un trouble métabolique affectant à ce jour 10,5 % des tunisiens et près de 400 millions de patients dans le monde.

Le Pr François Pattou, de l’université de Lille, de l’Inserm et du centre hospitalier de Lille a souligné : « La séparation du sucre du sel pourrait mimer l’effet de la chirurgie bariatrique ». Cette technique, utilisée chez les patients atteints d’une obésité grave, limite l’absorption de glucides.

En réglant la glycémie, ceci diminue à terme de 92% le risque de développer un diabète de type 2. Les scientifiques ont observé les effets de la chirurgie bariatrique chez des mini-porcs obèses. Les porcs sont des mammifères dont le système digestif présente de grandes similitudes avec celui de l’homme.

Tous les mini-porcs ont bénéficié d’une intervention chirurgicale équivalente au bypass gastrique. A la suite de la mise en place d’un bypass gastrique, les glucides sont absorbés et transitent dans la partie basse de l’intestin.

Au contact du sel, l’absorption du sucre dans la partie haute de l’intestin est rétablie. Les scientifiques précisent que cette technique permet la régulation de la glycémie. Par ailleurs, on observe, auprès de malades souffrant d’une obésité, l’efficacité spectaculaire de la chirurgie bariatrique dans la diminution du risque de diabète de type 2.

Les chercheurs ont précisé qu’en post-opératoire, la perte de poids et la réduction de la consommation des sucreries semblent aussi avoir un effet important pour éloigner le diabète. Ces règles nutritionnels pourraient en intéresser plus d’un.