Les chercheurs américains de la Florida State University ont souligné dans une étude récente l’intérêt important d’un diagnostic précoce de la dépression dans le cas de patients souffrant d’une coronaropathie
 

Dépister la dépression du patient souffrant d’une coronaropathie est vital

Les résultats de ces travaux de recherche ont été publiés dans « Journal of Physician assistants », appelant les professionnels de santé à dépister une éventuelle dépression chez les sujets atteints d’une coronaropathie.
 
L’association d’une coronaropathie et de dépression double le risque d’une mortalité prématurée chez les patients. Or, souligne le Dr Aimee Pragle, professeur de médecine et coauteur de cette étude scientifique « les études montrent que seulement 30% des patients atteints de coronaropathie qui répondent aux critères diagnostiques de la dépression majeure sont effectivement diagnostiqués, ce qui démontre le besoin de formation continue des cliniciens pour être capables d’identifier et de gérer la dépression chez les patients atteints de coronaropathie ».
 
Le suivi de la coronaropathie devraient renfermer, outre la mesure de la tension artérielle, le dosage de la cholestérolémie et le suivi de la glycémie chez les patients, un dépistage systématique d’un syndrome dépressif. Et potentiellement établir une collaboration entre les cardiologues et les psychiatres afin de réduire les effets nuisibles de la coronaropathie et de la dépression et éviter des conséquences sévères comme les accidents vasculaires cérébraux.
 
Les travaux de ces chercheurs de Floride suggère une voie d’amélioration de la prise en charge des patients et de la qualité de leur vie en palliant à des complications évitables.
 

Source : Journal of the American Academy of Physician Assistants – Identifying and managing depression in patients with coronary artery disease