Et si l’efficience du système immunitaire contre les cellules cancéreuses pouvait être renforcée par un régime alimentaire précisément dosé en protéines, c’est la thématique à laquelle les chercheurs de l’Inserm de l’Université Côte d’Azur se sont intéressés.

Un régime moins riche en protéines permettrait de limiter le développement des tumeurs par accroissement de la défense immunitaire.

Les chercheurs ont étudié les effets de différents régimes alimentaires restrictifs, sur la croissance de tumeurs cancéreuses chez un modèle de souris.
Pour cette étude médicale particulière associant oncologie et régime nutritionnel, ils ont comparé l’effet sur la croissance des tumeurs chez la souris de plusieurs régimes alimentaires, plus ou moins appauvris en glucides ou en protéines, mais de même apport calorique.
Les résultats des chercheurs français ont démontré qu’un régime appauvri en protéines mais pas en glucides avait un effet positif sur la limitation de la croissance tumorale et l’allongement de la durée de vie des souris.
Dans ce contexte, les scientifiques français ont conclut : « On a constaté que la limitation de la croissance tumorale était due non pas à une inhibition de la prolifération et de l’évolution progressive des cellules cancéreuses comme on pouvait le croire, mais à un accroissement de l’efficacité de la réponse immunitaire, aussi appelée immunosurveillance ».