Evolution de l’épidémie de méningite

Malgré l’amélioration de la prise en charge contre les différentes formes de méningite et les mesures de prévention, il reste beaucoup à faire pour préserver les personnes vivant dans la ceinture de l’Afrique  (Niger, Nigéria, Burkina Faso, Togo  et Cameroun) de la méningite C.

En effet, le nombre de cas atteints par cette maladie infectieuse invasive a augmenté au Niger et au Nigéria.

Le coordinateur de services de lutte contre les maladies épidémiques, Dr William Perea, a révélé : « La méningite affecte généralement l’Afrique par cycle. Le nombre de cas de méningite augment depuis 2013. Une hausse a été déjà observée au Nigéria en 2013 et 2014, puis au Niger en 2015. Nous devons nous préparer à faire face à un nombre accru de cas de méningite pendant la saison en janvier 2016 ».

Par ailleurs, la sévère pénurie de vaccins contre la méningite C, risque d’entraver les efforts internationaux d’éviter une flambée épidémique et par conséquent de réduire le nombre de personnes touchées. La prévention de la méningite se fait essentiellement par la vaccination. A titre d’exemple, dans la région de l’Afrique subsaharienne, le nombre de cas de morbidité a été réduit considérablement grâce à l’introduction du vaccin combiné contre la méningite A. Par conséquent, aucune épidémie n’a été signalée depuis dans les régions où les populations ont été vaccinées. 

Il existe différentes formes de méningites. Les formes les plus graves de méningites sont de formes bactériennes. Parmi ces bactéries,  il y a Neisseria meningitidis qui est la seule à entrainer des épidémies.  Par ailleurs, six sérogroupes (A, B, C, W, X et Y) sur douze de la souche bactérienne Neisseria meningitidis sont responsables d’entrainer des épisodes épidémiques. La répartition géographique et épidémique dépend du  type de ces sérogroupes.

 

Les professionnels de santé de quatre organisations de santé publique  internationales, à savoir la fédération internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge (FICR), Médecins Sans Frontières (MSF), le Fonds des Nations Unis pour l’Enfance (UNICEF), et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) demandent aux producteurs de vaccins contre la méningite C d’élever la production de 5 millions de doses avant le mois de janvier 2016 afin de freiner et de prévenir  une épidémie « agressive » en Afrique.