Association bidirectionnelle entre la fibromyalgie et le reflux gastro-oesophagien

La fibromyalgie a tendance à être associée avec le reflux gastro-œsophagien (RGO).
Une étude scientifique publiée dans la revue « Pain » d’octobre 2017 le démontre et implique certains traitements du RGO, les IPP (ou inhibiteurs de la pompe à protons) dont l’utilisation à long terme peut provoquer des carences vitaminiques, et qui sont considérées comme des facteurs possibles de développement de la fibromyalgie.

Ces travaux ont concerné un groupe de cohorte rétrospective menée pour valider l’association bidirectionnelle entre les deux conditions, en confirmant l’association bidirectionnelle. Le Dr Chia-Hung Kao, MD, professeur à l’Université médicale de Chine de Taichung à Taiwan rappele la prévalence élevée des troubles gastro-intestinaux chez les patients atteints de fibromyalgie dont le syndrome du côlon irritable et le reflux gastro-oesophogien RGO, caractérisé par une remontée d’acide dans l’œsophage, la cavité buccale ou les poumons, provoquant une régurgitation et des brûlures d’estomac.

Malgré tout, les processus sous-jacents à ce lien restaient mal élucidés, et c’est le thème de cette nouvelle étude médicale.
L’incidence globale du RGO est 1,6 fois plus élevée dans le groupe fibromyalgie versus le groupe témoin, après prise en compte de paramètres comme le sexe, l’âge, les co-morbidités et les médicaments des patients.
Les patients atteints de fibromyalgie mettent plus de temps à développer un reflux gastro-oesophagien, ce qui peut être explicité par une prévalence plus élevée de maladies associées dans le groupe de patients atteints de RGO.
Les patients prenant des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) présentent un risque plus élevé de voir survenir une fibromyalgie à la suite d’une une perméabilité intestinale altérée.
Les proportions d’incidence de l’une ou l’autre maladie dans le groupe de patients atteints de fibromyalgie augmentent avec l’âge. Par ailleurs, il est à noter que les co-morbidités psychiatriques, telles que la dépression et l’anxiété, l’épuisement et le stress, ainsi que le manque d’exercice physique pouvant entraîner des troubles de l’humeur et pourraient activer un reflux gastro-oesophagien (RGO) et l’augmentation de l’acidité gastrique chez les patients atteints de fibromyalgie. L’insomnie liée au RGO et à la fibromyalgie, qui peut élever l’intensité de la douleur, pourrait être un autre facteur clé.

Les résultats sont en faveur d’une relation bidirectionnelle entre la fibromyalgie et le RGO, avec un risque plus élevé de développer un RGO pour les patients fibromyalgiques que de développer la fibromyalgie pour les patients atteints de RGO.