Séances d’aérobic et de fitness pour les malades de Parkinson

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurologique la plus fréquente après celle d’Alzheimer et touche environ 4 millions de personnes dans le monde, avec plus de 300.000 cas diagnostiqués, souvent après 55 ans, chaque année. Dirigés par le Dr J. Eric Ahlskog, neurobiologiste à la clinique Mayo aux Etats-Unis et auteur du « Nouveau livre de traitement de la maladie de Parkinson », des chercheurs préconisent des exercices de fitness et d’aérobic intenses dans le cadre des traitements de patients souffrant de la maladie de Parkinson, responsable de la dégradation progressive du système nerveux.

Rigidité des muscles, ralentissement des mouvements, troubles de l’équilibre et de la posture, mouvements incontrôlés, dont le tremblement des mains, des bras et des jambes, raideur des membres et du buste sont autant de symptômes que la pratique de l’elliptique, de la marche rapide et du stretching réduisent.

Les chercheurs ont en effet montré que l’exercice libère de petites protéines favorables à l’apport d’oxygène et d’éléments nutritifs, à la stimulation neuronale qui multiplie le nombre de connexions synaptiques, des neurones actifs sécrétant le facteur de croissance neuronale indispensable à leur développement et leur survie, et à la régénération des neurones à partir de cellules souches embryonnaires.

La pratique régulière, deux à trois fois par semaine durant 45 minutes, progressive et associée au bon dosage du traitement médicamenteux anti-parkinsonien, la carbidopa-lévodopa, entretient ainsi les connexions cérébrales et empêche le rétrécissement et vieillissement du cerveau provoqués par la maladie.