Mise en place d’une politique de gestion des conflits d’intérêts

Selon Khaled Zghal, Directeur général de l’Instance nationale d’accréditation en Santé (INAS), la mise en place d’une politique de gestion des conflits d’intérêts renforcera la crédibilité de son organisme auprès des professionnels de santé, des décideurs et de la population. Pour lui, la prévention des conflits d’intérêts ne peut que consolider les rapports de confiance entre l’instance et ses experts externes d’une part et entre l’instance et ses parties prenantes d’autre part, le rôle de l’INAS consistant à évaluer le respect ou non des normes internationales en termes de qualité des soins par les établissements de santé.
Pour l’heure, l’INAS évalue 15 établissements hospitaliers et 15 dispensaires, les normes de qualité pour les établissements de première ligne ayant été fixées et celles concernant les établissements de deuxième et troisième lignes étant en cours d’élaboration et seront fixées dans les mois à venir. Des normes qui seront soumises par la suite aux organisations de référence telles que l’Instance internationale de la qualité en matière de santé.
Rappelons que, créée en 2012, l’INAS est une autorité publique à caractère scientifique et dont la mission principale est de promouvoir le système de santé à travers la qualité, la performance et l’incessante amélioration.