Le glyphosate, classé comme « cancérogène probable » par l’OMS a été trouvé en quantité inquiétante dans 80% des tampons, serviettes hygiéniques et compresses stériles vendus en Argentine. C’est ce que met à jour une étude de scientifiques argentins.

Des compresses et des protections féminines potentiellement cancérigènes

Les chercheurs de l’Université de La Plata ont étudié la composition d’échantillons de coton brut et de gaze, composant compresses stériles, tampons, et serviettes hygiéniques. Leur étude révèle des concentrations inquiétantes de glyphosate, en particulier dans la gaze des compresses.
Ce produit potentiellement dangereux constitue le principe actif d’herbicides largement utilisés dans le monde.

« Ce pesticide ne s’accumule pas dans l’organisme mais les expositions répétées peuvent perturber le métabolisme humain» déclare le docteur Laurent Chevalier, attaché au CHU de Montpellier et chef de l’Unité de médecine environnementale, interrogé par un de nos confrères de Ouest France.

Commentaires

commentaires