Secteur public et privé de la santé en grève

Les professionnels de la santé dans le secteur public et privé ont tenu une grève générale les 22 et 23 mars 2017 pour exiger la libération du médecin anesthésiste, Slim Hamrouni et le technicien de santé, Salah Abdellaoui arrêtés pour erreurs médicales.

Dr Faouzi Charfi, le secrétaire général de l’’Union des Médecins Spécialistes Libéraux (UMSL), a indiqué que le collectif appelle à la libération « immédiate » et « inconditionnelle » des deux personnes arrêtées et au lancement d’un texte législatif pour éviter la détention préventive des professionnels de la santé en attendant la publication de la loi portant sur la responsabilité médicale.

Il est à souligner que le collectif Ordino-syndical regroupe le conseil national de l’ordre des médecins, le syndicat tunisien des médecins libéraux, le syndicat tunisien des médecins de libre pratique, le syndicat tunisien des médecins dentistes de libre pratique et l’ordre national des médecins dentistes.
Actuellement, il existe 21 mille médecins praticiens dans notre pays.

Les médecins tunisiens pratiquent une profession noble, un médecin a toujours été un soignant, un professionnel qui écoute, soulage et apaise son patient.

Les services d’urgence, des départements d’hôpitaux publics, des institutions de soins privés et des spécialistes ont assuré les prestations médicales et les consultations pour assurer la continuité des soins durant cette grève.

Commentaires

commentaires