Vitamine D pendant la grossesse pour réduire le risque d’allergie chez l’enfant

Des chercheurs de l’hôpital de Mount Sinaï, à New York, ont démontré qu’une prise importante d’aliments riches en vitamine D, au cours de la période de grossesse, est liée à un risque restreint d’allergies chez l’enfant. En revanche, la supplémentation en vitamine D n’apporte aucun bénéfice. Les chercheurs ont relevé ainsi que la vitamine D préserverait d’affections allergiques telles que les rhinites et l’asthme.

Ces travaux ont été édités, le vendredi 12 févier 2016 dans « le Journal of Allergy and Clinical Immunology ». Pour parvenir à cette conclusion, l’équipe de recherche a étudié 1248 mamans et leurs enfants à partir du premier trimestre de grossesse jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de sept ans.

Au cours de l’étude, les chercheurs ont analysé la prise alimentaire des mères, la concentration sanguine de vitamine D et sa concentration dans le sang de cordon. Les scientifiques ont déduit qu’un régime alimentaire fournissant 100 UI de vitamine D par jour, soit 50% des apports journaliers recommandés, lors des deux premiers trimestres de grossesse réduisait d’un cinquième le risque de rhinite allergique chez les enfants.

Les scientifiques ont indiqué que ce bienfait a été observé uniquement pour les femmes consommant des aliments riches en vitamine D comme les œufs, le poisson, les champignons ou les céréales. Par ailleurs, de nombreux travaux précédents ont démontré le rôle de la vitamine D qui agissait sur le système immunitaire et ont suggéré son rôle protecteur contre les allergies et l’asthme.

L’auteure principale de ces travaux, Supinda Bunyavanich qui est également professeur au département de pédiatrie de l’hôpital de Mount Sinaï a déclaré que cette étude pourrait influencer les recommandations nutritionnelles faites aux femmes enceintes.

Commentaires

commentaires