Les femmes qui sont porteuses de prothèses mammaires présentent une anomalie dans le cas d’un diagnostic pour un tracé d’électrocardiogramme (ECG).

C’est une étude qui a été réalisée à l’hôpital Princesse Grace et qui a été présentée lors du congrès de la société européenne de cardiologie (ESC) à Vienne montrant la perturbation de l’électrocardiogramme chez les femmes ayant un implant mammaire. Dans certains cas, le résultat reflétait une similitude à une crise cardiaque ou une pathologie coronarienne alors que les femmes ne présentent aucun problème du cœur. En fait, les implants et les prothèses mammaires ne laissent pas les ultrasons passer convenablement ce qui engendre un dérèglement dans l’obtention du tracé d’électrocardiogramme.
Pour cette étude de cardiologie, les chercheurs ont recruté 48 femmes dont 28 étaient porteuses d’un implant mammaire. Pour les femmes qui appartenaient au groupe de contrôle, les chercheurs ne se sont trompés qu’une seule fois alors que pour les femmes qui portaient un implant au niveau de la poitrine, il y a eu des erreurs du tracé dans environ 50% des cas. L’ECG a été anormal dans 38% à 52% des cas. Les résultats erronés de l’ECG sont dans la plupart des cas une inversion des ondes T ou bien un sous décalage du segment ST. En fait, une inversion des ondes T pourrait refléter une pathologie coronarienne et le sous décalage du segment ST pourrait être le signe d’un infarctus du myocarde ou d’une insuffisance cardiaque.
Dans le cadre de cette étude, le Dr Sok Sithikun Bun, cardiologue participant à ces travaux dans l’hôpital Princesse Grace de Monaco a recommandé que les femmes porteuses d’un implant mammaires préviennent leur cardiologue avant de réaliser un ECG. Par ailleurs, le médecin cardiologue conseille aussi aux femmes de faire un ECG avant la transplantation d’une prothèse et d’en conserver le tracé dans le cas où il pourrait être nécessaire.
Cette étude montre que pour examiner les femmes dotées d’une prothèse au niveau de la poitrine, il est nécessaire de s’orienter vers d’autres examens que l’ECG.