Le lundi 25 avril 2016 est la journée mondiale du paludisme.

Cette année l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) compte mettre les bouchées doubles pour éradiquer définitivement le paludisme d’ici l’horizon 2030.
L’OMS s’est fixée comme objectif de réduire de 90 % les cas de paludisme et les cas de décès y afférant, sur la planète.
L’OMS veut aussi prévenir la résurgence du paludisme dans les pays exempts de la maladie.

Il est à souligner que nombre de décès par paludisme a fortement régressé dans le monde, et ce, depuis le début des années 2000. Un indicateur se justifiant par les efforts concertés dans les domaines de la prévention et des traitements du paludisme comme l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide, le diagnostic précoce et les traitements antipaludéens. A titre d’exemple, au Gabon, le paludisme demeure encore la première cause de mortalité toutes les tranches d’âges confondues et c’est la principale cause de mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans.
A l’occasion de cette journée dédiée au paludisme, les communautés nationales et internationales s’engagent à poursuivre les investissements et les progrès réalisés dans la lutte contre cette pathologie.