La Tunisie a célébré à l’instar de tous les pays du monde la journée mondiale du rein, le 09 mars 2017.

Cette journée mondiale a été a été initiée par la société internationale de néphrologie pour sensibiliser le grand public sur la gravité des maladies rénales qui sont souvent sournoises et insidieuses et les informer sur l’importance de la greffe pour les patients atteints d’une insuffisance rénale.

Une insuffisance rénale chronique terminale incite à une suppléance d’un traitement de suppléance par hémodialyse ou à une transplantation rénale.
La greffe d’un rein augmente l’espérance de vie des patients, améliore sa qualité de vie et permet de générer des économies substantielles pour le système de soins de santé. En effet, une transplantation rénale coûte six fois moins cher qu’un processus d’une hémodialyse.
Le manque de greffons et la sensibilisation aux dons d’organes met en jeu le pronostic vital des patients.
Certains facteurs comme le diabète et l’hypertension artérielle entraînent des maladies rénales chroniques entraînant une insuffisance rénale et une insuffisance cardiaque.

En Tunisie, près d’un adulte sur dix souffre d’une pathologie rénale et près de 9 mille malades sont dialysés.

Les maladies néphrologiques constituent un problème de santé majeur dans le monde.
En effet, 600 millions dans le monde souffrent de pathologies rénales.
La hausse des maladies rénales dans le monde s’explique par l’augmentation des cas de patients ayant une hypertension artérielle, des maladies vasculaires et du diabète.

Dans ce contexte, un décès prématuré des patients suite à des complications rénales soit par une insuffisance rénale chronique ou par une insuffisance cardiaque.

« Prendre soin de ses reins aujourd’hui, c’est préserver sa santé de demain ».