La kétamine contre les pensées suicidaires

Les bénéfices de la kétamine sont déjà documentés pour la réduction des troubles liés à l’alcool, à l’anxiété et à la peur, pour les symptômes de fibromyalgie et dans la prise en charge de la dépression.
La kétamine montre aussi avec cette recherche de l’Université américaine de Columbia son efficience à réduire les pensées suicidaires, une efficacité qui surpasse celle des sédatifs couramment utilisés chez les patients déprimés. De nouvelles données présentées dans l’American Journal of Psychiatry révèlent donc un effet « anti-suicide » très rapide, dans les heures qui suivent l’administration.
Les taux de suicide ont augmenté de 25% en 15 ans d’après les US Centers for Disease Control and Prévention. « Il existe une fenêtre critique au cours de laquelle les patients déprimés et suicidaires ont besoin d’un soulagement rapide en prévention » indique le Dr Michael Grunebaum, psychiatre et auteur principal de l’étude. « Les antidépresseurs actuellement disponibles peuvent être efficaces pour réduire les pensées suicidaires chez les patients souffrant de dépression, mais ils peuvent mettre des semaines à faire effet ».

De précédentes études avaient montré que de faibles doses de kétamine pouvaient entraîner une réduction rapide des symptômes dépressifs et une diminution des pensées suicidaires. Un effet positif qui durerait jusqu’à six semaines.

L’étude scientifique a été menée chez 80 adultes déprimés ayant des pensées suicidaires cliniquement significatives, ils ont été répartis pour recevoir une perfusion de kétamine à faible dose ou de midazolam, un sédatif. Dans les 24 heures, le groupe kétamine présentait une réduction cliniquement significative des pensées suicidaires plus importante que pour le groupe « midazolam ». Cet effet positif est constaté jusqu’à 6 semaines après la perfusion. Les patients ayant reçu la kétamine voient également leur humeur s’améliorer, une réduction des symptômes de dépression et de la fatigue par rapport au groupe midazolam. Les chercheurs ont estimé que la réduction de la dépression permise par la kétamine pèse pour environ un tiers sur la réduction des pensées suicidaires. La kétamine entraîne donc bien un effet indépendant de réduction des pensées suicidaires, hors effet de réduction de la dépression. Les effets secondaires, dissociation et augmentation de la pression artérielle pendant la perfusion, apparaissent, dans cette étude, comme légers à modérés et généralement fugaces après perfusion de la kétamine.
L’étude étend ainsi les promesses de l’anesthésique en tant que traitement efficace et rapide pour réduire les pensées suicidaires chez les patients souffrant de dépression. Ces données permettent d’envisager le développement de nouveaux antidépresseurs mieux adaptés à ce type de patients.