Vaccin de la diphtérie toujours d’actualité

La vaccination  est loin d’être  une  mesure de prévention accessoire.
En effet,  le cas clinique  d’un enfant espagnol que ses parents ont refusé de faire vacciner est dans un état grave suite à son atteinte par la diphtérie, alors que cette maladie infectieuse avait disparu du pays depuis 28 ans.

Ce qui interpelle quant à l’intérêt d’une immunisation vaccinale. En fait, en Espagne, aucune vaccination n’est obligatoire. Le cas de cet enfant atteint et admis à l’hôpital de Vall d’Hebron en Catalogne parait dramatique du fait de l’existence d’un vaccin efficient pour prémunir de cette maladie. Cependant, comme l’indique le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations en France, « il y a, en permanence, des cas de pathologies qui ne surviendraient pas si les recommandations vaccinales étaient correctement appliquées, c’est le cas du tétanos, de la rougeole, des méningites à méningocoque C, des hépatites B».

Les signes de la diphtérie sont semblables à ceux d’une grippe. Cette infection est due à un agent bactérien, la « corynébactérie », qui fabrique de la toxine diphtérique, causant la symptomatologie clinique.
Les principales séquelles graves de cette infection des voies respiratoires qu’est la diphtérie sont le dysfonctionnement  du système nerveux central, de la gorge et des voies respiratoires, induisant la mort par asphyxie.

Suite à l’atteinte de cet enfant par la diphtérie, plusieurs habitants de la péninsule ibérique se sont fait vacciner. En effet, une croissance de 23 % du taux de vaccination a été relevée en sept jours. « On peut dire que cette manifestation d’un cas diphtérique a permis de sensibiliser la population à ce que les maladies oubliées et disparues peuvent surgir et que les  personnes qui se réclament contre les vaccins disent des contre-vérités grossières », a indiqué le Pr Floret. Par ailleurs, ce phénomène est modélisé et susceptible d’amener la confiance dans l’immunisation. 

Commentaires

commentaires