Risques cardiovasculaires plus élevés avec une prothèse

Une étude scientifique éditée dans la revue « Arthris et Rhumatologie montrant que l’arthroplastie pour le genou ou la hanche entraine des risques cardiovasculaires accrus dans le mois qui suit cette intervention.

En effet, au cours de cette étude, le Pr Yuking Zhang, professeur d’épidémiologie et son équipe de l’école de médecine de Boston ont analysé les données médicales de 19 000 malades atteints d’arthrose âgés de plus d’une cinquantaine d’années. Ces patients ont subi une opération chirurgicale  totale pour la pose d’une arthroplastie complète et 6000 patients souffrant d’une arthrose de la hanche ont eu une intervention de remplacement.
Après une durée moyenne de quatre ans de suivi, 306 patients atteints d’arthrose de genou ont eu un infarctus du myocarde contre 286 patients n’ayant pas subit une intervention d’arthroplastie.
Les scientifiques ont révélé que c’est dans le mois qui suit l’intervention chirurgicale que le risque d’une crise cardiaque augmente.

Par ailleurs, le groupe étudié de patients qui ont subi une intervention chirurgicale sur la hanche 128 ont eu une crise cardiaque contre 138 patients du groupe témoin.
Pour l’arthrose de la hanche, c’est après une durée d’un semestre que le risque d’une atteinte cardiovasculaire  semble plus élevé. Les auteurs de l’étude ont révélé que les patients ayant subi une plastie de remplacement suite à une arthrose de la hanche ou du genou étaient confrontés à des anomalies cardiovasculaires comme les thromboses ou une embolie pulmonaire en comparaison avec un  groupe de patients témoins

Commentaires

commentaires