Nouvelle stratégie génique contre le cancer

La technique de thérapie génique, qui est utilisée pour traiter certaines maladies génétiques rares, est également efficace dans le traitement des cancers. Cette découverte fait suite à une étude de l’hôpital IRCCS de Milan qui démontre comment les macrophages peuvent être convertis en véhicules de gènes anticancéreux pour combattre la néoplasie. 

Le gène thérapeutique choisi pour bloquer la croissance de la tumeur est l’interféron alpha, une molécule normalement produite par notre organisme en réponse à l’infection, mais pour laquelle une activité anticancéreuse puissante a été également démontrée. L’utilisation clinique de l’interféron a toutefois été limitée à cause d’une toxicité élevée, s’il est administré par voie systémique.

Pour rendre le traitement sélectif contre les cellules cancéreuses, le lentivirus a été modifié de façon à s’assurer que le gène anti-cancer soit actif seulement dans une population spécifique de cellules différenciées du sang, les monocytes/macrophages. De cette manière, l’interféron, transporté d’une manière spécifique, ne s’accumule que dans la tumeur, où il peut exercer son effet anticancéreux, en évitant les effets toxiques de l’administration systémique sur l’organisme.

L’étude menée par des chercheurs de San Raffaele a montré que la nouvelle stratégie peut bloquer la croissance du cancer du sein et de ses métastases dans des modèles murins. Pour tester la sécurité et l’efficacité de la thérapie génique appliquée aux cellules souches humaines, une souris « humanisée » a été créée par la transplantation de cellules souches hématopoïétiques humaines modifiées pour exprimer l’interféron et de ce fait, recréer un système hématopoïétique humain chez la souris. En utilisant ce modèle, il a été démontré que la thérapie est sûre et efficace pour inhiber également la croissance d’une tumeur humaine, mais il reste nécessaire de mener d’autres études précliniques pour évaluer quels types de cancer sont les plus à même de cette thérapie génétique. 

Commentaires

commentaires