Cocktail fatal de « bulles » et « foie gras »

Contrairement à ce que ce titre laisserait penser, ce n’est pas le menu d’un dîner de réveillon, mais d’ une des plus graves maladies hépatiques. Le NASH, Non Alcoolique Steato Hepatitis appelée aussi la stéatose-hépatite métabolique ou  » foie gras humain  » est une maladie de plus en plus répandue atteignant 25% à 35 % de la population mondiale, engendrant la destruction silencieuse et fatale du foie par envahissement graisseux des cellules hépatiques conduisant à la cirrhose, ou au carcinome du foie ! La progression fulgurante de cette maladie est due à plusieurs facteurs : résistance à l’insuline, diabète, surpoids et obésité, perturbation du bilan lipidique (hypercholestérolémie et hausse du taux des triglycérides). A ceci, s’ajoutent le plus souvent la sédentarité, un régime alimentaire déséquilibré, pauvre en fruits légume et fibres, et trop riche en sucres, sodas et graisses. Alors que les médecins ont longtemps accusé l’alcool, à raison, d’être le pire ennemi du foie, de récentes études ont montré qu’une autre boisson d’apparence bénigne est incriminée dans 55% des cas de maladie de NASH appelée désormais la « maladie du soda ». Le lien de cause à effet reste encore à préciser mais l’éviction des sodas du régime alimentaire des malades donne des effets très encourageant, d’abord sur la perte de poids, ensuite sur la récupération du capital cellulaire hépatique.
Avant d’arriver au stade de cirrhose, le traitement de la maladie de Nash sera basé sur le contrôle des facteurs de risque métabolique, la perte de poids, le rétablissement de l’équilibre glycémique et la reprise d’une activité physique régulière. Et bien sûr surtout bannir les sodas sucrés, les aliments industriels riches en sucres et graisses !.

Commentaires

commentaires