Le glioblastome multiforme est une tumeur cérébrale courante chez le sujet adulte. Sa prise en charge est complexe et son pronostic vital est généralement mauvais pour le patient à cause de l’accélération de la prolifération des amas tumoraux. Cette tumeur cérébrale est aussi énigmatique. Les origines de cette tumeur cérébrale demeurent méconnues. Ces dernières années, le nombre de patients a augmenté dans les pays développés. De nombreuses études scientifiques ont mis au point que les ondes causées par les téléphones portables peuvent entraîner ce type de tumeur.

Inhibition des TRF1 pour stopper le glioblastome

Une étude neurologique récente, publiée dans le journal « Cancer Cell », vient de mettre en lumière une piste prometteuse pour soigner cette maladie, difficile à guérir.
Le glioblastome est une pathologie cancéreuse résistante du cerveau en partie à cause de cellules souches, qui permettent à la tumeur de se multiplier d’une manière indéfinie et indéterminée. Les chercheurs espagnols du centre national de recherches sur le cancer à Madrid se sont penchés sur la composition de ces cellules souches au niveau du cerveau. Ils ont constaté le taux élevé d’une protéine, appelée TRF1 « telomeric repeat binding factor ». C’est une protéine spécifique intégrant les éléments composants de la shelterine, un ensemble de protéines qui protège les télomères, une région d’ADN à l’extrémité d’un chromosome. C’est la TRF1 qui présenterait un rôle important dans la prolifération des cellules tumorales. Un premier test clinique a consisté à inhiber cette protéine en la retirant sur des souris, ayant un glioblastome en train de se former. La tumeur s’est arrêtée de grossir et leur espérance de vie a été élevée de 80%.
La même technique a été appliquée sur des personnes humaines en utilisant un composé chimique qui bloque la production de TRF1. Dans les essais cliniques sur les patients atteints d’un glioblastome, les résultats ont été positifs car la masse tumorale ne grossissait plus et l’espérance de vie des patients augmentait nettement.

La prochaine étape pour les chercheurs espagnols est désormais l’évaluation des inhibiteurs de TRF1, quand ils sont associés à d’autres traitements contre le glioblastome.

Source : Journal Cancer Cell – Inhibition of TRF1 Telomere Protein Impairs Tumor Initiation and Progression in Glioblastoma Mouse Models and Patient-Derived Xenografts