Réaction allergique aux OGM

Eruption cutanée accompagnée de démangeaisons violentes, gonflement grave de la gorge et baisse brutale de la pression artérielle, tels ont été les symptômes survenus chez Juan Ramos, un homme de 31 ans, décédé à l’hôpital Carlos III de Madrid quelque temps plus tard d’anaphylaxie malgré les traitements.

L’autopsie a révélé, après une batterie de tests et d’analyses, que Juan Ramos a fait une réaction allergique aux fruits de mer, alors qu’il n’avait ingéré avant sa mort que du lard, de la laitue et un sandwich aux tomates accompagnés d’un coca cola light. Ils ont, cependant, découvert que les tomates contenaient des allergènes liés au poisson et certains gènes de résistance aux antibiotiques ayant empêché les globules blancs du défunt de lui sauver la vie. Celles-ci faisaient partie d’une commande faite, par le Ministère Espagnol de la Santé, des services sociaux et de l’égalité, à l’Etat portugais de tomates génétiquement modifiées. L’équipe d’experts et médecins légistes a donc pu établir que les tomates génétiquement modifiées ingérées par la victime lors de son déjeuner étaient la cause de la réaction allergique ayant occasionné sa mort. Celui-ci est le premier cas de décès humain officiellement confirmé directement en relation avec l’ingestion d’aliments génétiquement modifiés, contredisant une grande majorité des études réalisées sur les OGM et qui ont conclu que de telles cultures étaient comestibles et sans dangers.