Parkinson, une identification qui pourrait aider au traitement

Une équipe de chercheurs franco-belge a découvert la cause de la maladie de Parkinson. Selon les travaux scientifiques de ces chercheurs publiés dans la revue Nature, la cause de cette pathologie est une protéine nommée alpha –synucléïne. Deux formes spécifiques de cette molécule, formant des amas autour des cellules neuroniques sont à la source de l’apparition la maladie de Parkinson qui demeure incurable à ce jour. Il est à signaler que ces fibres sont également à l’origine du développement de l’atrophie multi-systématisée (AMS), une anomalie causée par la perte de neurones dans certaines parties du cerveau et de la démence à corps de Lewy (DCL). Pour parvenir à cette découverte, les chercheurs ont injecté, séparément,  ces deux types de fibres dans le cerveau et le sang des rats. Ces cellules injectées se sont révélées toxiques pour les neurones des rongeurs. Les rats ont développé deux formes de maladies de dégénérescence cérébrale, la maladie de Parkinson et l’atrophie multi-systématisée (AMS). Cette découverte étend le champ des connaissances des scientifiques sur la maladie de Parkinson et permettrait le développement d’un anticorps qui d’inhiberait ou ralentirait la formation et la diffusion d’agrégats et de plaques.

Commentaires

commentaires