par

 

Une grande étude qui aide les scientifiques à comprendre la base génétique du cancer de la peau grâce à l’utilisation des données provenant de près de 200 000 personnes, est rendue publique. Elle jette ainsi les bases pour des tests génétiques qui pourraient prédire les réactions des gens au rayon du soleil.
L’auteur principal de l’étude, le Dr Mario Falchi, chercheur au King’sCollege de Londres, a déclaré qu’un «bon pourcentage» des gènes identifiés liés au coup de soleil étaient également impliqués dans le cancer de la peau.

Il communément reconnu que les coups de soleil constituent un facteur de risque majeur dans le développement du cancer de la peau. Comprendre la génétique du bronzage signifie donc aussi comprendre la génétique de cette affection.

Les scientifiques ont ensuite exploré la variabilité génétique entre toutes ces personnes et ont finalement identifié 10 nouvelles régions génétiques qui semblaient liées au bronzage. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications.

Cette découverte a confirmé des travaux antérieurs sur les fondements génétiques du bronzage et du coup de soleil.

Savoir ainsi si la peau d’une personne répond à l’exposition au soleil par un effet bronzage ou avec des brûlures peut en partie être déterminée par la variation de certaines régions du génomeselon les chercheurs.

Le patrimoine génétique favoriserait les coups de soleil mais expose aussi au risque de cancer de la peau.

Les généticiens britanniques ont pris en compte 20 localités du génome connues autant pour les coups de soleil que les atteintes cancéreuses.

« Cette étude identifie de nouvelles régions génétiques qui ont probablement une pertinence quant au risque de cancer de la peau, et il faudrait que l’on enquête plus en utilisant des échantillons de contrôle spécifique de cas de cancer », a révélé le généticien Mario Falchi, du King’sCollege de Londres à l’AFP.
Cette étude génétique met donc en évidence le fait que plus les personnes rougissent sous les coups du soleil, plus elles sont exposées à des manifestations des risques d’érythèmes rougeâtres. Ses personnessont amenéesà préserver leur peau du soleil via des crèmes protectrices et écrans solaires.