Les adultes ayant eu des acnés au cours de leur jeunesse vieillissent moins rapidement puisque les cellules de ces sujets ont de longs télomères, mécanisme naturel de protection de la peau.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans « le journal of investigative dermatology ». C’est une équipe du département d’épidémiologie génétique au King’s College de Londres qui a réalisé cette étude sous la direction du Dr Simone Ribero. Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont comparé 1205 paires de jumelles dont 25% ont eu des acnés au cours de leur adolescence. Des prélèvements cutanés ont permis d’analyser leur génome.

Les participantes avaient de longs télomères au niveau des globules blancs en comparaison des femmes qui n’ont pas souffert d’acné. Les télomères sont des fragments d’ADN qui sont situés à la fin des chromosomes pour les préserver. Ces fragments s’altèrent avec l’avancée de l’âge. Des travaux ont révélé que la longueur des télomères est en corrélation avec l’âge biologique des individus. Des études génétiques supplémentaires doivent être faites pour expliquer ce mécanisme.

En outre, les chercheurs britanniques ont indiqué qu’il existe un gène protecteur nommé « p53 » pour les femmes ayant été affectées par des acnés au cours de leur adolescence. Ainsi, les chercheurs de l’étude ont reconnu que ces travaux ne sont pas généralisables sur les garçons ayant des acnés puisque ces travaux n’étaient réalisés que sur des femmes.

Commentaires

commentaires