La signature d’un accord de partenariat entre l’hôpital régional de Houcine Bouzaine de Gafsa et le Centre Hospitalo-Universitaire de Pau, a eu lieu le 12 Septembre 2017. Cet accord souligne l’importance de la coopération tuniso-française en matière de santé et surtout en ce qui concerne la santé infantile et maternelle et la gériatrie. Cette convention médicale incorpore un partenariat de renforcement des prestations médicales et des équipements de l’hôpital régional, l’amélioration des soins de proximité, la gestion des équipements et des dispositifs sanitaires et la formation continue des médecins et des cadres paramédicaux. Dans le cadre de cet accord tuniso-français, le ministre de la Santé M. Slim Chaker, la secrétaire d’Etat de la santé, Dr Sonia Ben Cheikh ainsi que le maire de la ville de Pau, M. François Bayrou et ses collaborateurs étaient présents. Il est à souligner que ce partenariat médical est initié par les associations AFRAHT 64 basée à Pau, et l’Association Tunisienne de Gériatrie est le premier acte officiel du nouveau ministre de la santé,ainsi que du secrétaire d’Etat à la santé, à quelques heures de la passation.

Saima Ksibi

Sonia Hammami Bouali

Dr Sonia Hammami Bouali, Présidente de l’Association Tunisienne de Gériatrie (ATG).

Quelles sont les missions de l’Association Tunisienne de Gériatrie ?

Je préside actuellement l’Association Tunisienne des Gériatres, créée il y a deux ans. Nos activités sont adressées aux seniors et aux services de la gériatrie, ciblant l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées, surtout que cette spécialité est très récente en Tunisie. Dans le cadre de nos activités, nous avons réalisé l’année dernière avec le cours international de gériatrie, en coordination avec the American Academy of Anti-aging
medicine et l’Association Américaine de Gériatrie dont on est membres un cours de gériatrie pour améliorer la qualité des soins des médecins gériatres et des médecins de famille spécialisés dans la gériatrie.

2) Qu’en est-il de la convention signée entre l’hôpital de Gafsa et le CHU de Pau ?

Cette convention de partenariat entre l’hôpital régional Houcine Bouzayene de Gafsa et l’hôpital de François Mitterrand de la ville de Pau s’intègre dans le cadre de la coopération entre la société civile et les institutions publiques pour le développement du domaine médical et également dans d’autres secteurs.
Le secteur de la santé est prioritaire dans le cadre de notre activité dans la spécialité de la gériatrie ainsi que dans la promotion de cette discipline. Dans ce cadre, nous avons l’appui du ministre de la santé pour la spécialisation dans cette branche et pour plus de considération à cette pratique médicale. Nous travaillons sur cet accord depuis déjà deux ans. L’initiative a démarré avec la collaboration de l’association « AFRAHT 64 ». Nous avons choisi la région de Gafsa parce qu’elle est riche de ses ressources, mais qu’elle manque malheureusement de moyens. C’est ainsi que la démarche de coopération a démarré et une délégation de la ville de Gafsa s’est orientée vers la région de Pau. Il y a eu un premier accord sur la convention de partenariat, et une planification des grandes lignes de cette coopération entre les deux villes et les thèmes de santé qui englobent essentiellement la gériatrie et la pédiatrie.
Nous oeuvrons aussi pour renforcer les équipements qui vont être amenés de l’hôpital de Pau pour l’établissement hospitalier régional de Gafsa, la formation continue et l’accroissement du rendement en matière de prestations médicales. Ensuite, nous avons dressé les grandes lignes de notre travail de partenariat et après en finalité, nous sommes parvenus à signer cet accord qui a été soutenu par le gouverneur de Gafsa, les différentes institutions sanitaires locales de la région. Sur le plan politique, nous avons eu le soutien de M. François Bayrou, en tant que député représentant la ville de Pau. Une visite de la délégation de la ville de Pau a été effectuée avant cette signature de la convention.

Mohamed Ferchichi

M. Mohamed Ferchichi, Président de l’association AFRAHT64

Pouvez vous nous présenter l’association « AFRAHT 64 » et nous parler de cette convention de partenariat entre
l’hôpital de Pau et l’hôpital régional de Gafsa ?

Ayant fait mes études supérieures en France, j’ai créé l’association « AFRAHT 64 » avec des amis français à la fin de l’année 2009. Après la révolution, le secteur de la santé en Tunisie est devenu prioritaire surtout dans les zones intérieures du pays. Ces hôpitaux manquent de médicaments et de matériel et notre associations se charge d’envoyer les médicaments et les équipements médicaux. On a envoyé trois convois de médicaments et des ambulances, soit deux fois huit tonnes et deux ambulances. On a déjà aidé les hôpitaux dans les régions du Nord Ouest Ain Draham, Jendouba et Testour. Puis on a orienté nos actions vers la formation du staff, des compétences en passant par des partenariats.
Quant à cette convention, ça a commencé quand je suis allé voir le directeur de l’hôpital de Pau, pour lui proposer de collaborer afin de venir en aide à la Tunisie, ce beau pays en pleine transition économique et politique. Les autorités politiques se sont engagées comme M. François Bayrou, député français et maire de Pau, garant du bon fonctionnement de nos activités dans le cadre de cette convention. Du côté tunisien, j’ai voulu qu’il y ait un ministre qui s’engage et aussi le gouverneur de Gafsa qui a également signé cette convention.

Valérie Revel

Dr Valérie Revel, Gériatre et présidente des médecins de l’hôpital de Pau

Quels sont les axes du partenariat entre l’hôpital François Mitterrand et le CHU de Gafsa ?

Une délégation est venue de Pau pour visiter l’hôpital de Gafsa et définir les priorités. On est tombé à bord sur
deux priorités : d’une part le volet maternité et néonatologie, accouchement et pédiatrie et tout ce qui est prise en charge des enfants. Et d’autre part le volet gériatrie et prise en charge des personnes âgées.
Nous avons fait de la formation une priorité, et ce, au niveau médical et paramédical.
Pour ce qui est de la maternité, le point positif que nous avons apprécié c’est que le planning familial est très développé en Tunisie, et je pense que nous avons beaucoup à apprendre de cette expérience tunisienne.

Cette collaboration pourrait aussi être un échange d’expériences

Effectivement, et nous partageons même des problèmes souvent similaires comme le manque de certains médecins de spécialités, comme la radiologie et l’anesthésie, à une moindre échelle en France, mais on commence à avoir des difficultés dans certaines régions françaises. C’est très intéressant de voir comment se fait la pratique et les actes ici. J’ai aimé le fait qu’il y ait une prime d’attractivité pour les médecins qui pratiquent dans les zones intérieures, on pourrait faire cela en France.

Farhat Chelbi

Dr Farhat Chelbi, Spécialiste principal en médecine interne- Assistant à la faculté de médecine de Monastir- Membre du conseil des médecins de Gafsa

Je suis le coordinateur du projet de partenariat entre les hôpitaux de Gafsa et de Pau, et membre du conseil des médecins de Gafsa. J’ai commencé la coordination de ce projet avec le Dr Valérie Revel dans le cadre du jumelage entre les deux régions. C’était un travail associatif qui a démarré il y a plus d’un an. Cette oeuvre associative a été validée par le ministère de la santé et celui des affaires étrangères.
J’ai trois collègues gériatres sur le terrain à Gafsa qui poursuivent leur pratique. On a de la volonté pour améliorer ce domaine. D’ici une année, on va commencer une formation de la spécialité en gériatrie pour initier le projet. Cela s’inscrit dans un cadre de pôle de médecine interne et de gériatrie dans la région, et va faciliter les soins. On aura au moins un service de soin spécialisé. Puis on va réactiver le projet de l’équipe mobile de gériatrie. Dans la gériatrie, il y a des spécificités qui sont diverses, ce n’est pas évident qu’un spécialiste en gastrologie ou autre spécialité de médecine interne traite les patients de la même façon. Parmi les autres priorités de ce projet de coopération, je cite la formation continue, ainsi que l’échange de staff et les équipements. Ce partenariat va s’élargir vers d’autres axes de santé comme par exemple les soins palliatifs. Il y a beaucoup à faire dans l’amélioration des services sur ces axes de la santé à l’hôpital régional de Gafsa. D’ailleurs, cet accord a été dans le cadre de l’amélioration des prestations de services dans les zones de l’intérieur. C’est l’objectif principal de cette convention et espérons qu’on pourra assurer dans cette mission et atteindre notre but.