Lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson : L’EFSA fait l’inventaire des publications

Bien qu’étant un fait avéré, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a réalisé un inventaire de la littérature publiée entre 1990 et 2015 autour du lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson et ce, afin de répondre à la question de savoir comment ces produits couramment utilisés agissent sur le cerveau. Utilisée pour contrôler les populations de poissons nuisibles, la roténone provoque un stress oxydant, comme la plupart des produits analysés par l’EFSA, mais elle est aussi à l’origine d’une dysfonction de la mitochondrie, phénomène commun à de nombreux herbicides neurotoxiques.

S’y ajoutent souvent d’autres dégâts au cerveau, comme l’accumulation de protéines, la dégénérescence des neurones dopaminergiques, provoquée par les carbamates, ou encore la mort cellulaire.

Des pesticides tristement célèbres figurent dans la liste dressée par l’EFSA, comme l’organochlorine utilisée dans le DDT ou les pyréthroïdes. Ces deux molécules sont pourtant largement utilisées, afin de lutter contre les moustiques vecteurs de maladies infectieuses.

Commentaires

commentaires