L’intervention chirurgicale cardiaque est plus efficiente l’après–midi

Selon le Pr David Montaigne, cardiologue au CHRU de Lille, « la chirurgie l’après-midi confère une préservation de la santé du cœur ».
En fait, l’ischémie, qui est la privation d’oxygène des cellules cardiaques lors de l’arrêt momentané du coeur, nécessaire à l’opération, est mieux supportée quand la production de protéine Reverb alpha est faible. Cette protéine, directement en corrélation avec les gènes de l’horloge biologique, est présente en plus grande concentration le matin, ont constaté les chercheurs au cours d’opérations sur un modèle de souris. Quand on enlève cette protéine, lorsque l’animal se réveille, sa susceptibilité à l’ischémie n’est pas similaire. D’après le professeur Bart Staels de l’université et du Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Lille, coauteur de l’étude « La différence n’est pas négligeable ».
Dans le contexte de cette étude médicale, 600 patients opérés au CHRU de Lille pour le remplacement d’une valve cardiaque ou un pontage coronarien à coeur ouvert, ont été suivis pendant 500 jours, entre 2009 et 2015. Sur les patients opérés le matin, 18,1 % ont développé des complications, alors que la proportion est seulement de 9,4 % pour ceux opérés l’après-midi, aucunes séquelles secondaires à l’intervention n’ ont été décelées.

Dans ces circonstances, le Pr Montaigne et le Pr Staels préconisent d’opérer en deuxième partie de journée, même si cela peut engendrer des contraintes d’organisations interventionnelles. Les cardiologues ont évalué notamment que cette découverte pourrait entraîner la mise au point de médicaments bloquant la protéine Reverb alpha.

Dans tous les cas, le Pr Montaigne a tenu à annoncer que la chirurgie cardiaque est sûre, avec très peu de complications de manière globale.

Source « The Lancet » – octobre 2017 – Daytime variation of perioperative myocardial injury in cardiac surgery and its prevention by Rev-Erbα antagonism: a single-centre propensity-matched cohort study and a randomised study