Plombages, une limite à ne pas dépasser

D’après une étude menée par des chercheurs du département de la science et de la santé environnementale de l’Université de Géorgie aux Etats-Unis et publiée dans la revue médicale Ecotoxicology and Environnemental Safety, les plombages, quand ils dépassent le nombre de huit, seraient nocifs à la santé et généreraient une intoxication au mercure par le sang.

En effet, sur un panel de 15.000 personnes, les chercheurs ont constaté que 25 % d’entre elles portaient onze plombages ou plus, déclarant que le mercure méthylique, même à des niveaux faibles, pouvait causer des dommages. Par ailleurs, l’étude a également porté sur les résines composites dentaires, cette alternative sans mercure pour les soins des caries, et les chercheurs ont remarqué qu’elles pouvaient libérer de petites quantités de bisphénol A (BPA) pouvant causer des dommages de développement et pour la fertilité.

Des recherches supplémentaires seraient toutefois nécessaires pour s’assurer du lien entre BPA et matériaux dentaires à base de résine.

Afin de résoudre ce problème et éliminer tout risque, des travaux ont été menés par des scientifiques de l’Oregon State University sur un nouveau matériau, à savoir le verre bioactif, connu depuis de nombreuses années pour posséder des propriétés antimicrobiennes dans son indication comme substitut osseux. Composé d’oxyde de silicium, d’oxyde de calcium et d’oxyde de phosphore, ce verre pilé ajouté dans un composite de résine standard est capable d’interagir avec le corps comme un de ses composants naturels, réduit la capacité des bactéries à attaquer les plombages du fait de la libération d’ions calcium et phosphate, lesquels neutralisent également l’acidité de l’environnement buccal.
Cette étude, publiée dans la revue Dental Materials, doit cependant être confirmée par des essais cliniques.