Journée Adwya cardiologie à Hammamet

La journée Adwya cardiologie organisée au Royal Hammamet a tenu sa promesse. Elle a réuni 180 cardiologiques et des professionnels de santé passionnés par l’hypertension artérielle. L’objectif étant de mobiliser ces spécialistes de la santé quant à cette pathologie  qui continue de gagner du terrain en Tunisie.

Kamel Bouaouina

Pour garder à cette journée son caractère d’excellence dans les domaines de l’épidémiologie, de la clinique, de la pharmacologie, des thérapeutiques nouvelles mais aussi de la recherche fondamentale, le programme scientifique a été établi en partenariat avec la société Adwya et présenté par l’éminent cardiologue tunisien, Dr Mohamed Ben Ismail, qui garde toujours les mêmes réflexes du cardiologue aussi dévoué à ses patients qu’avide de savoir et de connaissance. Prenant la parole, Dr Ben Ismail a précisé que « l’’hypertension artérielle est un trouble cardio-vasculaire fréquent. Ce qui je reproche aux hypertendus en Tunisie c’est qu’ils ne prennent pas régulièrement leur traitement. Au bout de quelques temps, ils se lassent et il n’y a pas continuité. Or la tension ne peut guérir que si on prend, tous les jours et d’une manière continue, les médicaments. Dès qu’on les  arrête, la tension remonte. Dr Ben Ismail déplore la non- observance du régime. La surconsommation du salé  serait responsable chaque année de plusieurs  accidents cardiovasculaires. L’obésité et le diabète sont des maladies qui s’associent souvent à l’hypertension et aggravent l’état de santé. L’hypertension a des médicaments très efficaces. L’activité physique fait partie d’une bonne hygiène de vie, essentielle pour rester en bonne santé, et c’est également valable pour l’hypertension. Pour réduire au maximum les risques d’hypertension et donc de problèmes cardiovasculaires futurs, il faudrait faire en moyenne 30 à 60 minutes d’activité physique modérée  et ce, quatre fois par semaine ».  A propos du rôle des statines dans la prévention des maladies cardiovasculaires Dr Faycal Jarraya, néphrologue au CHU Hédi Chaker de Sfax, a précisé que les statines ont apporté la preuve, dans de nombreuses études contrôlées, tant en prévention primaire qu’en prévention secondaire, qu’elles sont capables de réduire l’incidence d’événements cliniques graves en relation avec une insuffisance coronarienne ou cérébraux-vasculaire. La réduction du nombre d’accidents cardio-vasculaires majeurs dans les groupes simvastatine atteint 24 à 42 %. Les statines sont efficaces pour faire baisser le taux de mauvais cholestérol, elles peuvent, en revanche,  ajoute Dr Jerraya, comme tous les médicaments, provoquer des effets indésirables. Il s’agit le plus souvent de crampes ou de douleurs musculaires, mais également de douleurs articulaires, de maux de tête. 

Commentaires

commentaires